Le Musée de l’image dépoussière les clichés

Vieillotes et naïves ou pleines d’un charme désuet et pédagogiques, les images d’Epinal constituent un patrimoine que notre ville a décidé de dépoussiérer il y a dix ans, en créant le Musée de l’image, qui vient redonner des couleurs à l’imagerie, avec laquelle il constitue, depuis 2013, la Cité de l’image.

musee-image-epinal

De la religion à la publicité

napoleon-image-epinalSi le Musée de l’image revendique une vocation qui dépasse l’imagerie traditionnelle, il n’en rend pas moins hommage à la tradition spinalienne, avec une magnifique collection de 110 000 images, provenant naturellement de son illustre voisine, mais aussi du monde entier. Car l’ouverture est l’un des maîtres mots de ce lieu unique en son genre, où l’on peut admirer des représentations des guerres napoléoniennes (l’un des grands sujets des images d’Epinal) comme des hauts faits de l’armée japonaise ou des épisodes de l’histoire mexicaine ou indienne.

Planche de devinettes

Planche de devinettes

D’abord religieuse, l’image populaire, d’Epinal ou d’ailleurs, acquiert dès le début du XIXème siècle un rôle éducatif, usant et abusant de stéréotypes qui feront sa réputation. Celle d’Epinal s’impose grâce au brevet d’imprimeur que Napoléon accorde à Jean-Charles Pellerin, propriétaire de l’imagerie spinalienne, qui lui permet d’innover et de se développer, et de se distinguer d’une concurrence féroce. Il imprime des images très colorées à la gloire de l’empereur mais aussi de petites histoires édifiantes, des sujets pédagogiques et surtout les fameuses “devinettes” graphiques, où un dessin se cache dans la scène principale.

Sage ? Traditionnelle ? Sûrement, mais l’image populaire, cette vieille dame qui sait vivre avec son temps, s’adapte aussi à merveille à la société de consommation et fera les beaux jours de la publicité (enfin de “la réclame”, comme on disait alors). Benjamin Rabier, ça vous dit quelque chose ? Le célèbre illustrateur animalier qui fut l’une des étoiles de l’imagerie spinalienne, est aussi celui qui a inspiré le logo de la Vache qui rit et l’auteur de bien d’autres affiches et encarts publicitaires.

Un musée de l’image… en mouvement

publicite-image-epinalC’est cette richesse et cette inventivité, et cette capacité à se renouveler, que célèbre le Musée de l’image en faisant dialoguer œuvres anciennes et plus modernes, voire contemporaines, dans une scénographie vivante et ludique. Bande dessinée, caricature, photographie ou peinture nous font poser un regard neuf sur les vignettes d’Epinal et, plus largement, sur notre rapport à l’image.

Reflets de leur époque, les images nous convient aussi à un voyage dans le temps nostalgique et toujours surprenant puisque, pour des raisons de bonne conservation, celles de l’exposition permanente sont décrochées et changées tous les six mois. Et si vous voulez venir plus souvent, les expositions temporaires sont là pour combler votre curiosité. Ça en fait, du mouvement, pour un Musée de l’image…

42, quai de Dogneville

88000 EPINAL

Tél : 03.29.81.48.30 / Fax : 03.29.81.48.31

 

Cet article a été publié dans culture. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *